Le jury d’emergence 2017 annonce les six projets sélectionnés !

page-1

Le jury présidé par la réalisatrice Catherine Corsini et composé d’Hélène Cases (productrice, déléguée artistique d’emergence), du compositeur Bruno Coulais, de Didier Diaz (président de Transpalux), de Sandra Mirimanoff (responsable d’acquisition cinéma français à Canal +), du scénariste et réalisateur Yves Thomas, de Régine Vial (distributrice, Les Films du Losange) et d’Élisabeth Depardieu (présidente d’honneur d’emergence) a sélectionné six projets de premiers longs métrages.

 

cristeleCristèle Alves Meira /Alma Viva

Produit par Gaëlle Mareschi, Fluxus Films
Comme chaque été, Salomé, quinze ans, quitte la France pour son village portugais. Elle roule en Quad, va se
baigner à la rivière et flirte avec José. Mais très vite, sa grand-mère adorée meurt. Elle doit alors faire face à l’hystérie de sa famille qui refuse de payer la pierre tombale. Hantée par l’âme errante de sa grand-mère qui ne peut pas reposer en paix, elle se réfugie dans ses croyances…

Cristèle Alves Meira est comédienne de formation et metteuse en scène de théâtre. Elle réalise un premier documentaire au Cap-Vert, Som & Morabeza, puis, elle aborde les réalités sociales de la jeunesse angolaise avec Born in Luanda. Après Sol branco (Prix Qualité du CNC 2015), Cristèle a tourné son second court métrage de fiction, Campo de Víboras, toujours au Portugal (région de Tras-os-Montes), sélectionné à la Semaine de la Critique 2016.

emilie-carpentierÉmilie Carpentier / L’Horizon

Collaboration au scénario: Cécile Vargaftig, Asmar Abdillah, Dany Bomou
Gonesse, Anja, d’origine comorienne, est en lycée pro et meurt d’envie de prendre la tangente. En proie à une attirance contradictoire pour Arthur, son camarade de classe, métis et fils d’agriculteur, elle se cherche, et, sans jamais perdre sa vitalité, dérive du monde bling bling de son footballeur de grand frère vers la sphère alternative de la ZAD à l’extrémité de la ville. Entre révolte juvénile, éveil à une réflexion sociétale, et rencontre amoureuse, Anja se fraye à tâtons un chemin vers son avenir.
Émilie Carpentier a écrit et réalisé deux courts métrages de fiction flirtant avec le documentaire, Les Ombres qui me traversent et Au Large, qui remportent plusieurs prix en festivals. Depuis 2010, elle encadre des ateliers cinéma avec des adolescents de quartiers sensibles. En 2012, elle rejoint le collectif Tribudom et réalise plusieurs épisodes de la web-série Demain j’lui dis, aux côtés d’Elsa Diringer, Sacha Wolff, Jules Zingg et Ludovic Rivalan. Depuis, elle s’est engagée dans le projet de long métrage L’Horizon, soutenu par les aides à l’écriture du CNC et de la Région Île-de France, de l’association Beaumarchais et par les résidences d’écritures De l’Écriture à l’Image et l’Atelier Grand-Nord.

 

gaelle_denisGaëlle Denis / La Fille de l’estuaire

Produit par Ohna Falby (Life to Live Films) & Nathalie Algazi (La Voie lactée)
Collaboration au scénario: Amber Trentham, Chris Andrews
Marnie, une petite fille de 10 ans anticonformiste, a soif d’amour et d’attention. Entre une mère absente et son stage d’été où elle apprend la danse, Marnie a du mal à trouver son rythme dans le monde. Elle est suspendue entre son imagination débordante et les contraintes imposées par sa famille dysfonctionnelle, qui habite dans une ferme isolée dans la campagne bretonne. Sa rencontre avec une mystérieuse jeune femme, blessée et en cavale, va bouleverser son quotidien.
Gaëlle Denis est installée à Londres depuis 2002. Elle est diplômée du Royal College of Art et a remporté de nombreuses distinctions pour son approche unique de la narration, à travers des media variés tels que l’animation, la prise de vue réelle, le théâtre et la publicité. Elle a réalisé plusieurs courts métrages, notamment Fish Never Sleep (Festival de Cannes, BAFTA 2003), City Paradise (50 prix en festivals, nommé aux BAFTA en 2005), After The Rain, (Clermont-Ferrand 2007) et Crocodile, (prix Canal + du meilleur court métrage à la Semaine de la Critique en 2014). Gaëlle a également été retenue par le Torino Film Lab, le Groupe Ouest, le Jerusalem Film Lab et le programme Next Step de la Semaine de la Critique pour le développement de ses projets.

photoTamara Erde / Anna

Produit par Nathalie Vallet / Les Films du Poisson
Coscénaristes: Yossi Aviram et Raphaëlle Desplechin
Anna a 20 ans. Elle quitte Israël pour Paris dans l’espoir de trouver le père qu’elle n’a jamais connu. Elle n’imagine pas que cette quête identitaire va la propulser au coeur d’une enquête du Mossad.
Tamara Erde est une réalisatrice franco-israélienne. Elle a été formée à la Bezalel Academy of Arts & Design de Jérusalem puis au Fresnoy. Artiste plurielle, cinéaste mais aussi danseuse et photographe, elle alterne films documentaires et fictions, installations vidéos, performances… Ses films ont été primés dans de nombreux festivals. Son long métrage documentaire This is my land a ainsi circulé dans le monde entier et a reçu plusieurs récompenses prestigieuses.

 

camille-lugan-picCamille Lugan / Fun, Fun, fun

Produit par Stéphanie Bermann et Alexis Dulguerian, Domino Films
Coursière à Paris, Cheyenne n’a soif que d’une seule chose : la liberté. Et qu’importe si, à l’aube de ses trente ans, elle n’a pas une vie « normale » : elle a son corps, la ville, ses meilleurs amis Tarik et Mason, sa sexualité débridée et son vélo. Jusqu’au jour où elle rencontre Esteban, sorte de superCheyenne colombien, qui va chambouler ses repères…
Camille Lugan intègre le département scénario de La Fémis en 2010, après des études de Philosophie à l’ENS-Ulm. A l’école, elle écrit quatre longs métrages, co-écrit de nombreux courts, rencontre la pratique du cinéma et explore son territoire personnel – des histoires d’utopie, d’action et de voyage. Dans sa dernière année, elle écrit et réalise Karama, Karama. Après avoir programmé les longs métrages de genre et les courts métrages au Chicago InternationalFilm Festival en 2015, elle travaille désormais comme co-scénariste sur les films d’autres auteurs (Samuel Doux, Samir Guesmi…).


portrait-poukineAlexe Poukine / Les Sangliers

Produit par Grégoire Debailly, Geko Films
Collaboration au scénario: Marion Desseigne Ravel
Alors qu’il est au volant de son bus, Serge aperçoit un clochard traverser devant lui. Il se met à chercher frénétiquement cet homme à travers Paris. Quand il retrouve Jean-Marc, il reconnaît à peine son frère disparu huit ans plus tôt. Parce qu’il ne réussit ni à le tirer d’affaire, ni à le laisser dans la rue, Serge finit par rester vivre avec son frère.
Alexe Poukine vit entre Paris et Bruxelles. Études d’art dramatique, de photographie, de philosophie, d’ethnologie puis de cinéma (Master de Lussas et Atelier scénario de La Fémis). Parallèlement à son travail de réalisatrice, elle est photographe. L’histoire de Les Sangliers est inspirée de son premier long métrage documentaire, Dormir, dormir dans les pierres.

 

Pour recevoir nos informations